Pourquoi les pratiques d’alimentation des enfants sont-elles si difficiles à changer?

Avouons-le, l’amélioration de l’alimentation complémentaire peut être un défi. Non seulement cela dépend du comportement des mères et des personnes qui s’occupent des enfants, mais l’environnement alimentaire, les normes sociales relatives à l’alimentation et un réseau d’influence jouent tous un rôle essentiel dans la détermination de ce que nos enfants mangent chaque jour.

Les principes directeurs de l’Organisation mondiale de la Santé pour l’alimentation complémentaire, qui datent d’il ya près de deux décennies, restent la référence internationale pour beaucoup d’entre nous qui concevons ou mettons en œuvre des programmes de nutrition. Là où nous continuons à rencontrer des difficultés, c’est comment adapter et appliquer efficacement ces directives aux différentes pratiques et contextes locaux en matière d’alimentation.

L’alimentation complémentaire s’étend sur une période de temps considérable pendant laquelle l’enfant grandit et ses besoins alimentaires changent rapidement. Des informations simples ou génériques ne donnent pas aux familles une idée pratique de ce qu’elles peuvent faire d’un repas à l’autre, au jour le jour ou de semaine en semaine pour fournir à leur enfant une alimentation saine. Voici quelques-unes des raisons de cette situation, tirées de l’expérience d’Alive & Thrive à travers le monde.

Défis

L’Environnement alimentaire local

Ce qui est disponible sur le marché, qui fait les achats et qu’est-ce qui influence les choix alimentaires ont tous une incidence sur l’alimentation des jeunes enfants. Les normes culturelles relatives aux aliments complémentaires, les tabous et les mythes alimentaires, ainsi que l’accessibilité financière peuvent constituer des défis importants, en particulier pour les aliments d’origine animale et les autres aliments riches en nutriments.

 

 

Grignotines

Les grignotines malsaines sont omniprésentes aujourd’hui. Les enfants préfèrent souvent les biscuits, les boissons sucrées et les snacks (collations) transformé(e)s qui ont peu de valeur nutritive et finissent par remplacer les aliments riches en nutriments. Un refrain commun aux mères du monde entier est le manque de temps pour la préparation des aliments ; elles recherchent des aliments prêts à l’emploi et des choses qui satisfont facilement les jeunes enfants entre les repas.

 

 

Enfants difficiles (en matière de nourriture)

Il y a aussi le problème trop familier de l’enfant qui rejette tout. De nombreuses personnes qui s’occupent d’enfants ont l’impression que l’heure des repas est une bataille pour essayer de faire manger à leur enfant des aliments différents. Et dans certains contextes, et pour certains enfants, le défi est encore plus grand lorsqu’ils tombent malades et perdent l’appétit, ce qui peut arriver assez fréquemment.

 

 

Influenceurs et normes sociales

Les grands-mères peuvent être les plus grandes influenceuses pour les décisions d’alimentation, car elles sont souvent les responsables secondaires ou même primaires de soins aux jeunes enfants. Elles peuvent avoir un pouvoir de décision même plus important que les mères dans un ménage et la tradition et les normes culturelles ont une forte influence sur leurs pratiques.

 

 

L’Environnement familial des repas

Vers 12 mois, l’enfant passe de son propre horaire de repas au partage des repas et de la nourriture avec la famille. Parfois, cela signifie moins de possibilités de repas et moins d’attention à ce que le jeune enfant mange et en quelle quantité.

 

 

Style de rôle parental et d’alimentation

Pour une croissance et un développement sains, la façon dont un enfant est nourri est tout aussi importante que ce qu’on lui donne à manger. Un contrôle excessif de la part de la personne qui s’occupe de l’enfant (alimentation forcée ou restrictive) ou un manque de contrôle (alimentation complaisante, indifférente ou négligée) peuvent affecter les signaux internes de faim et de satiété et l’autorégulation. C’est un équilibre difficile à trouver.

Nous vous invitons à vous joindre à Alive & Thrive et à nos collaborateurs du CSC pour explorer comment des données probantes, des outils et des approches innovants et émergents ainsi que de nouvelles recherches peuvent être appliqués pour relever ces défis et d’autres défis liés à l’alimentation complémentaire. Restez à l’écoute pour notre prochain article sur l’importance de l’empathie dans les processus de changement social et de comportement, et n’oubliez pas de nous suivre à l’adresse ci-dessous. Au plaisir de partager ce voyage avec vous!

Partagez vos réflexions sur les défis de l’alimentation complémentaire dans la section commentaires ci-dessous et sur les réseaux sociaux (utilisez le hashtag # Inspire4SBC). Cliquez ici pour recevoir un e-mail lorsque nous publierons un nouvel article.

Join the Conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *