La pandémie du COVID-19 a un impact important sur les systèmes de santé, ce qui nécessite une réponse concertée

Dans le monde entier, le COVID-19 a gravement affecté les services de santé publique, en exerçant une pression sans précédent sur les systèmes de santé qui, dans de nombreux pays, manquent de ressources et sont mal équipés.

c-section delivery Viet Nam COVID-19
Accouchement de jumeaux par césarienne au Viet Nam pour une mère soupçonnée d’avoir COVID-19. A&T a aidé les hôpitaux à mettre en œuvre des mesures visant à réduire les risques de propagation du COVID-19.

Comme la pandémie a bouleversé la vie quotidienne, Alive & Thrive a travaillé avec le gouvernement et d’autres partenaires pour concevoir des réponses efficaces, en fournissant une assistance technique pour l’allaitement maternel et le maintien des services essentiels de NMNJE.

Allaitement maternel

Au fur et à mesure que la pandémie se développait, les directives concernant l’allaitement maternel ont changé. Les premières directives, publiées en février, provenaient du Consensus chinois et recommandaient de séparer les mères et leurs enfants en raison du risque d’infection.

Mais à la mi-mars, les experts ont convenu que l’allaitement maternel ne présentait pas de risque significatif de transmission. L’évolution rapide de la situation a nécessité des efforts concertés pour s’assurer que les gouvernements et leurs partenaires fournissent des informations cohérentes et correctes.

Une étude effectuée par A&T des documents d’orientation provenant du monde entier a confirmé que les orientations n’étaient pas concordantes. Ces résultats ont été partagés avec les parties prenantes, notamment lors d’un webinaire mondial.

La participation d’A&T aux organismes qui conseillent les gouvernements des pays où A&T travaille a facilité le partage rapide des dernières recommandations de l’OMS. Et dans un cas – celui des banques de lait humain – A&T a soutenu la formation d’un réseau mondial en ligne des parties prenantes des HMB qui dirige maintenant les efforts visant à promouvoir l’utilisation des banques de lait humain, notamment en lançant un appel à l’action.

« Le renforcement des systèmes de banques de lait humain est nécessaire pour garantir que l’approvisionnement sûr en lait de donneuses reste une composante essentielle des soins précoces et essentiels aux nouveau-nés lors des soins de routine ou des scénarios d’urgence, tels que les catastrophes naturelles et les pandémies » – Extrait du Call to Action of the Virtual Communication Network of milk bank leaders (Appel à l’action du réseau de communication virtuel des responsables de banques de lait)

Au Niger, le groupe technique sur la nutrition, un organe consultatif composé de partenaires du domaine de la nutrition, dont A&T, a soutenu l’élaboration de documents d’orientation de l’ANJE qui soulignent l’importance de l’initiation précoce de l’allaitement maternel, de l’allaitement maternel exclusif, d’aliments appropriés pour l’alimentation complémentaire et de l’allaitement jusqu’à l’âge de 2 ans.

India poster COVID guidance
A&T a aidé les responsables de la santé publique en Inde à produire du matériel comme cette affiche pour sensibiliser les gens aux dernières directives sur l’allaitement maternel et le COVID-19.

Le groupe a également soutenu, avec l’UNICEF et la Direction de la nutrition, une déclaration commune sur la nutrition des enfants appelant à des efforts concertés dans tout le système de santé et les secteurs privé et public pour partager les dernières recommandations en matière d’allaitement maternel dans le contexte du COVID-19. Il a également inclus des alertes concernant la commercialisation des substituts du lait maternel qui, selon certains témoignages, semble avoir augmenté pendant la pandémie dans les pays où A&T a des programmes.

Dans le même temps, le bureau d’A&T Asie du Sud-Est a fourni des données probantes et des références mises à jour sur l’allaitement maternel au National Nutrition Cluster aux Philippines, à la Scaling-Up Nutrition Civil Society Alliance au Viet Nam et aux hôpitaux partenaires. Au Nigéria, A&T a aidé la National Agency for Food and Drug Administration and Control (NAFDAC) à sensibiliser les médias aux recommandations de l’OMS et au code BMS.

A Madagascar, A&T a également fourni des conseils concernant l’application du Code BMS et a contribué à la planification des activités visant à faire appliquer le Code. En Inde, A&T a aidé les associations professionnelles nationales à diffuser des informations sur l’allaitement maternel par le biais d’un webinaire de trois jours qui a touché plus de 700 professionnels de la santé sur l’allaitement maternel et le COVID-19, en se concentrant également sur les violations du Code BMS, appelé dans le pays Infant Milk Substitutes (IMS) Act, (i.e. Loi sur les substituts du lait maternel).

Réponse du système de santé et maintien du programme NMNJE

L’assistance technique a également aidé les systèmes de santé à réagir et a soutenu les gouvernements pour maintenir les services de NMNJE, un besoin critique à la lumière de la remontée en flèche prévue de la malnutrition dans le monde, en particulier en Afrique de l’Ouest.

Après qu’il soit devenu évident que le COVID-19 a entraîné une baisse importante du nombre de personnes en quête de services dans les établissements de santé, le gouvernement éthiopien a mis sur pied un groupe de travail national. En tant que membres de ce groupe, les experts d’A&T ont conçu puis soutenu le gouvernement dans l’utilisation de listes de contrôle d’évaluation rapide pour évaluer l’état de la prestation des services de NMNJE et fournir des conseils aux travailleurs de première ligne pour qu’ils continuent à offrir les services non liés au COVID-19.

« Les services de la plupart des établissements sanitaires ont été considérablement perturbés », a déclaré le Dr Abdulaziz Oumer, Directeur national d’A&T. « Certains établissements avaient fermé par manque d’équipements de protection individuelle et les mères ont cessé de venir pour les services en raison de la panique. »

Les évaluations ont permis de mieux comprendre l’ampleur du problème et ont débouché sur une campagne médiatique concertée et la fourniture d’équipements de protection individuelle. Ces efforts ont également conduit à l’élaboration d’un plan d’action ciblé visant à renforcer les soins prénatals, les soins postnatals, les soins à l’accouchement et les services de santé et de nutrition infantiles.

maternity ward Ethiopia
Dans toute l’Ethiopie, la crainte du coronavirus a entraîné une baisse significative des visites dans les établissements sanitaires, comme en témoignent les lits vides de cette maternité normalement très fréquentée lors de nos récentes visites d’évaluation. Par crainte de contracter le coronavirus, certaines femmes enceintes ont peut-être accouché à domicile, ce qui présente des risques.

La réaction rapide en Asie du Sud-Est a permis aux hôpitaux de maintenir les soins précoces et essentiels aux nouveau-nés malgré l’augmentation des cas de COVID-19, qui remplissaient initialement les hôpitaux jusqu’à pleine capacité. Lors d’une présentation qu’elle a faite au cours d’un webinaire de l’OMS, l’équipe d’A&T Asie du Sud-Est a exposé l’assistance technique qu’elle a fournie aux hôpitaux pour mettre en place des zones séparées afin de traiter les cas suspects de COVID-19, mettre en œuvre des mesures pour gérer les admissions et adopter la distanciation sociale, entre autres stratégies.

En Inde et au Bangladesh, le soutien technique apporté au gouvernement et aux partenaires en matière de NMNJE pendant le COVID-19, en étroite collaboration avec l’UNICEF, l’USAID, l’Organisation mondiale de la Santé et la Banque mondiale, a notamment consisté à diffuser des documents sur l’allaitement maternel, des informations sur la manière d’initier en toute sécurité l’alimentation complémentaire et des conseils sur la poursuite des services de nutrition pendant le COVID-19.

Au Burkina Faso, A&T a travaillé directement avec le Ministère de la Santé pour élaborer des documents et des publicités radiophoniques sur l’ANJE et le COVID-19, et a collaboré avec des radios communautaires pour discuter du COVID-19 et de l’ANJE dans six régions sanitaires, tout en partageant les connaissances et les informations et en répondant aux questions des auditeurs lors d’émissions téléphoniques en direct.