L’allaitement maternel exclusif, une priorité de santé publique en Afrique : une série spéciale dans Le Monde Afrique

Burkina Faso mother-in-law

Allaiter les bébés… geste salvateur. A l’heure où 5 millions d’enfants africains meurent chaque année avant leurs 5 ans, une campagne baptisée « Plus fort avec le lait maternel uniquement » se déroule tout au long de cette semaine mondiale de l’allaitement maternel, du 1er au 7 août. Pilotée conjointement par l’Unicef, l’OMS et Alive & Thrive (une initiative mondiale en faveur de la nutrition), cette campagne met en avant les vertus d’un allaitement à la demande, jour et nuit, sans complément d’eau ni d’autres liquides ou aliments, même dans les climats chauds et secs comme en Afrique de l’Ouest.

En collaboration avec le Fonds français Muskoka, Le Monde Afrique raconte dans une série de reportages, en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, les freins au développement de cette pratique. Manque d’informations des mères burkinabées, difficultés à conjuguer travail et allaitement intégral à Dakar, crainte de voir ses seins s’affaisser pour certaines mamans camerounaises… Les raisons sont multiples.

L’allaitement maternel exclusif, une priorité de santé publique en Afrique

« C’est naturel, sûr et gratuit » : au Burkina Faso, les nombreux bénéfices de la tétée

Concilier travail et allaitement, une gageure pour les mères au Sénégal

Au Cameroun, les bienfaits du lait maternel peinent à faire oublier la pression sociale

« L’enfant n’a pas besoin d’eau en plus du lait » : au Nigeria, l’allaitement exclusif face aux idées reçues