Le Burkina Faso lance une campagne pour promouvoir l’allaitement maternel exclusif

En juin, le gouvernement du Burkina Faso a lancé la campagne Plus Fort Avec le Lait Maternel Exclusif, avec le soutien de l’UNICEF, de la Banque mondiale, du PRSS (Projet de Renforcement du Système Santé) du Gouvernement du Burkina Faso, et Alive & Thrive, visant à la prise de conscience collective sur l’importance de l’allaitement exclusif et la pratique de celle-ci pour les enfants moins de six mois. En raison des restrictions imposées par le COVID-19, la campagne a été lancée en ligne : un webinaire sur Zoom, une diffusion en direct sur Facebook, des messages sur les médias sociaux et des reportages dans les médias nationaux et régionaux ont permis de diffuser les messages de la campagne.

mother breastfeeding her child
Plus Fort Avec le Lait Maternel Uniquement sensibilise à l’importance de l’allaitement maternel exclusif. Dans toute l’Afrique de l’Ouest, les nourrissons reçoivent souvent de l’eau pendant les six premiers mois de leur vie, ce qui n’est pas aussi bénéfique que le lait maternel.

Plusieurs autres pays lanceront la campagne « Plus fort avec le lait maternel uniquement » pendant la Semaine mondiale de l’allaitement maternel en août. Cette vidéo de l’UNICEF donne un aperçu de la nécessité de cette campagne.

« Cette campagne interpelle toutes les parties prenantes à se concentrer sur le plaidoyer et la communication sous toutes ses formes », a déclaré la professeure Dr. Léonie Claudine Lougué/Sorgho, ministre de la santé. « Nous pouvons tous promouvoir l’allaitement maternel exclusif en tant que membre de la cellule familiale et de la communauté, en tant que travailleur de la santé et en tant que professionnels de la communication, de l’éducation ou d’autres formes de développement en utilisant l’outil nécessaire le plus puissant : notre voix ».

La campagne « Plus fort avec le lait maternel uniquement » vise à mobiliser les partenaires, les entreprises, les communautés et les familles pour faire en sorte que les mères reçoivent les informations et le soutien appropriés dont elles ont besoin pour adopter l’allaitement maternel exclusif et donner ainsi à leurs enfants le meilleur départ dans la vie.

Au Burkina Faso, 4 nourrissons sur 10 reçoivent des liquides et des aliments en plus du lait maternel pendant leurs six premiers mois de vie, ce qui contribue à la malnutrition, à la maladie et même à la mort de ces enfants.

« Le lait maternel est le premier vaccin du nourrisson et sa meilleure source de nutriments », a déclaré le Dr Anne Vincent, représentante de l’UNICEF au Burkina Faso. « Encourager et aider les mères à donner exclusivement du lait maternel, pas d’eau, à leurs bébés pendant les six premiers mois de leur vie est un défi qui nécessite le soutien non seulement du personnel médical et des décideurs politiques, mais aussi du secteur privé, des communautés et des familles ».

Pour garder les bébés de moins de six mois en bonne santé, les données scientifiques recommandent de ne leur donner que du lait maternel à la demande (jour et nuit). Le lait maternel contient toute l’eau et les nutriments nécessaires à la bonne croissance de l’enfant. Les nourrissons qui reçoivent des liquides et des aliments en plus du lait maternel avant l’âge de six mois courent un risque accru de diarrhée, d’infections respiratoires et de sous-nutrition. Le risque de décès est jusqu’à trois fois plus élevé que chez ceux qui sont exclusivement allaités au sein.

La non-pratique de l’allaitement maternel exclusif a un coût considérable. Outre les milliers de décès d’enfants évitables, le retard de croissance et la réduction des capacités cognitives de centaines de milliers d’enfants, la non-pratique de l’allaitement maternel coûte plus de 116 milliards de francs CFA par an au Burkina Faso.