Le cours en ligne offre un accès mondial à de précieuses informations sur la nutrition

Nader Aboulebdeh a découvert « Investir dans la nutrition des enfants « , le cours d’apprentissage en ligne qu’Alive & Thrive a élaboré avec divers partenaires, grâce à son superviseur à Action contre la faim, l’organisation humanitaire mondiale.

Nader Aboulebdeh
« C’était tout à fait parfait », a déclaré Nader, une d’une douzaine de personnes qu’Alive & Thrive a récemment contactées pour en savoir plus sur leurs expériences d’apprentissage en ligne avec  » Investing in Child Nutrition ».

« Honnêtement, c’était tout à fait parfait », a déclaré Nader, aujourd’hui responsable de la nutrition au Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) en Syrie. Après l’avoir suivi « J’étais au bureau, je courais partout et je demandais aux gens: « Avez-vous suivi ce cours? »

« Le cours est très utile, je le recommande. Avec l’apprentissage en ligne, vous avez la liberté de lire les documents à tout moment, ce qui est particulièrement important en ce moment avec le COVID-19. »

Nader fait partie des quelque 1.200 personnes dans le monde qui se sont inscrites à « Investir dans la nutrition des enfants » depuis son lancement l’année dernière. Alive & Thrive a récemment contacté plusieurs utilisateurs en Afrique, en Europe et aux Etats-Unis qui ont fait écho à son évaluation, affirmant que le contenu avait amélioré leurs connaissances et leurs compétences.

« Je travaille avec le Ministère de la Santé et j’utilise une grande partie des informations techniques que j’ai apprises du cours », a-t-il déclaré. « Techniquement, c’est très complet – le cours couvre tous les aspects de l’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants, de l’allaitement maternel jusqu’au suivi de la croissance, et il comprend des informations pour des contextes spécifiques tels que le VIH. »

En collaboration avec l’UNICEF et un réseau mondial d’experts, Alive & Thrive a élaboré le cours en s’appuyant sur le cours combiné de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) – Combined Course on Growth Assessment and Infant and Young Child Feeding Counselling (Evaluation de la croissance et counseling en alimentation du nourrisson et du jeune enfant), ainsi que sur des contenus complémentaires de l’OMS, de l’UNICEF, du Global Health Media Project et du Raising Children Network (Australie). Il est gratuit et disponible en français et en anglais.

Le cours comprend 10 modules qui couvrent une variété de sujets concernant l’ANJE, y compris l’allaitement maternel, l’alimentation complémentaire, l’évaluation de la croissance, le VIH et l’alimentation du nourrisson, et les politiques et programmes.

Zephenia Gomora
Zephenia Gomora a pris connaissance des résolutions ultérieures de l’Assemblée mondiale de la Santé sur la promotion des substituts du lait maternel grâce au cours d’apprentissage en ligne, et il a utilisé ses nouvelles connaissances pour éclairer la révision de la législation sur les BMS au Zimbabwe.

Pour les personnes interrogées, le contenu du cours a eu une utilisation pratique importante dans leur travail, ont-ils déclaré. A Harare par exemple, Zephenia Gomora, un spécialiste de la nutrition (NMNJE) à l’UNICEF, a déclaré qu’il avait utilisé les informations concernant le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel pour éclairer les efforts visant à améliorer le contrôle et l’application du Code au Zimbabwe.

« J’ai pris connaissance des résolutions ultérieures de l’Assemblée mondiale de la Santé sur la promotion des substituts du lait maternel, y compris la Résolution 69.9 de l’AMS », a déclaré Gomora. « Cette année, nous examinons comment nous pouvons réviser le Statutory Instrument 46 de 1998 et adapter les résolutions ultérieures de l’AMS et l’actualiser. J’ai personnellement appris cet aspect du cours. »

Gomora a ajouté que la structuration du cours l’avait également impressionné.

« Je pense que le cours est très convivial et j’ai aimé la façon dont il a été structuré et la façon dont les informations sont transmises », a-t-il déclaré. « Les photos, les vidéos, les animations, les clips audio – ils vous interpellent. Vous pouvez également donner votre avis au fur et à mesure. Les quiz de fin de module m’ont incité à en apprendre davantage. »

Rita Abi Akar, nutritionniste en santé publique qui vit à Londres et travaille sur la nutrition avec diverses organisations non gouvernementales internationales, a également été impressionnée.

« J’ai déjà recommandé le cours à beaucoup de gens », a déclaré Akar. « C’est un cours essentiel si vous travaillez dans le domaine de la nutrition humanitaire. Il ajoutera beaucoup à vos connaissances. »

Rita Abi Akar
Rita Abi Akar animant un atelier sur la sécurité alimentaire et l’hygiène à Chebaa, au sud du Liban. Le contenu de « Investir dans la nutrition des enfants » était plus complet qu’elle ne s’y attendait, a-t-elle déclaré.

Pourtant, elle n’était pas convaincue que ce serait le cas lorsqu’elle s’est inscrite au cours.

« Je n’étais pas sûre du contenu », a-t-elle déclaré. « Je suis titulaire d’une licence en nutrition et diététique et d’un master en nutrition de santé publique. J’avais peur que certaines informations soient redondantes. Mais j’ai été surprise – le contenu était très bon et il a ajouté à ce que je sais ».

Au Soudan du Sud, John Riak est responsable du programme de nutrition des mères, des nourrissons et des jeunes enfants pour le Tear Fund dans l’Etat de Jonglei. Une centaine de femmes participent à ce programme, bien que la portée des informations du programme sur la nutrition s’étende bien au-delà des femmes, jusque dans la communauté, dit-il.

Le cours a ajouté à ses connaissances, en particulier sur la nutrition préventive, le suivi et la promotion de la croissance, a-t-il déclaré. Riak est un candidat au Master of Public Health Leadership (MPHL) Save the Mothers à l’Université chrétienne de l’Ouganda.

« C’est très clair quand vous lisez », déclare Riak. « Avec les vidéos, les clips audio et les transcriptions, si vous êtes attentif, ça vous permet de comprendre. »

John Riak
John Riak a achevé le cours « Investir dans la nutrition des enfants » dans son bureau de l’Etat de Jonglei, au Soudan du Sud. « C’est très clair quand vous lisez », déclare Riak. « Avec les vidéos, les clips audio et les transcriptions, si vous êtes attentif, ça vous permet de comprendre. »

Le cours a un énorme potentiel, en particulier si l’accès peut être étendu aux agents de santé dans les endroits où il n’y a pas d’accès à Internet, a-t-il ajouté.

« Ce cours aidera les agents de santé », a déclaré Riak. « Au Soudan du Sud, la plupart de ceux qui travaillent dans le secteur de la santé, peut-être la moitié d’entre eux, n’ont pas fait d’études supérieures. Beaucoup d’entre eux abandonnent leurs études et se retrouvent dans le système en tant que préposés ou assistants, ce qui leur permet d’acquérir une certaine expérience ».

« Ils veulent apprendre, mais l’accès à Internet est un problème. La meilleure façon serait bien sûr en ligne. Mais si le cours était disponible hors ligne, cela les aiderait et ils apprécieraient. »

Haley Brightman, chargée de programme senior à l’URC et MPH en santé mondiale, a également exprimé son intérêt pour l’amélioration de l’accès au programme gratuit.

« Je sais que le cours est davantage axé sur les professionnels de la santé – les agents de santé communautaires – ce qui est important », déclare Brightman. « Je suis curieuse de savoir comment il est promu auprès des travailleurs de la santé dans ces milieux. »

Actuellement, le cours n’est accessible qu’aux personnes ayant accès à Internet. Mais cela pourrait changer à mesure que le cours est déployé, a déclaré Roger Mathisen, Directeur du programme Alive & Thrive pour l’Asie du Sud-Est, qui a supervisé la conception et l’élaboration du cours.

« Nous sommes conscients que la connectivité à Internet a un impact sur l’accès », a déclaré Mathisen. « C’est une question que nous espérons aborder avec nos partenaires. »

Présenter des versions du cours dans d’autres langues et l’adapter à différents contextes culturels sont d’autres domaines qu’Alive & Thrive est en train d’explorer, a-t-il ajouté.