News

Une initiative à plusieurs volets au Burkina Faso vise à améliorer la qualité de la nutrition des nouveau-nés

Nov 22 2021

Visant à améliorer la qualité des soins néonatals essentiels précoces au Burkina Faso, Alive & Thrive a mis en œuvre une approche à plusieurs volets qui est maintenant appliquée dans un ensemble sélectionnés d'établissements de santé dans la région Centre Nord du pays.

Burkina Faso EENC
Après une évaluation, Alive & Thrive a travaillé avec les responsables de la santé du gouvernement et le personnel des établissements de santé pour améliorer la qualité des premiers soins essentiels aux nouveau-nés (SENN).

« Les directions de la santé familiale et de la nutrition du ministère de la Santé ont sollicité notre soutien pour mettre en œuvre l'amélioration de la qualité des soins essentiels aux nouveau-nés (SENN) et jeter les bases des normes et standards de l'Initiative des hôpitaux amis des bébés (IHAB) au Burkina après avoir partagé les conclusions d'une évaluation rapide et offert notre soutien, » a expliqué Maurice Zafimanjaka, directeur pays du programme Alive & Thrive au Burkina Faso. «Malgré un protocole national, les interventions nutritionnelles du nouveau-né, telles que les conseils sur l'initiation précoce de l'allaitement et l'allaitement exclusif, le clampage tardif du cordon ombilical et le contact peau à peau prolongé n'étaient pas systématiquement dispensés.»

L'approche se concentre spécifiquement sur l'intégration des 10 étapes d'un allaitement réussi dans les politiques nationales et les normes de soins pertinentes ; la mise en place d'une démarche d'amélioration de la qualité à petite échelle en Région Centre Nord ; puis la documentation des preuves de l'expérience pour développer un plan de mise à l'échelle. Alive & Thrive a également aidé le ministère de la Santé à développer des modules de formation, des outils et du matériel, y compris une vidéo de formation sur les premiers soins essentiels du nouveau-né pour le personnel des établissements de santé (regardez la vidéo ci-dessous).


L'approche a commencé par évaluer l'intégration des services de nutrition maternelle et néonatale dans les normes d'amélioration de la qualité des soins maternels et néonatals dans les établissements de santé.

Burkina Faso Centre Nord
La Région Centre Nord du Burkina Faso. Source : Wikipédia.com

« S'assurer que la nutrition de la mère, du nourrisson et du jeune enfant (NMNJE) est suffisamment couverte par les directives nationales est la clé pour soutenir une santé et une nutrition optimales pour la mère, le nourrisson et le jeune enfant », a déclaré Zafimanjaka. « Nous avons remarqué que les concepts de nutrition maternelle et néonatale n'étaient pas bien développés dans le projet de document du Burkina Faso sur les normes d'amélioration de la qualité des soins maternels et néonatals dans les établissements de santé conformément aux directives de l'OMS, et avons plaidé avec succès pour le renforcement de la nutrition maternelle et néonatale. "

Un élément clé du soutien a consisté à garantir que le personnel de santé dispose de connaissances, et de compétences suffisantes pour soutenir la nutrition du nouveau-né, y compris l'allaitement. Depuis le lancement de l'intervention en juillet 2021, Alive & Thrive a soutenu la formation de 262 agents de santé en nutrition maternelle et néonatale.

Les agents de santé ont reçu une formation sur la nutrition du nouveau-né/les premiers soins essentiels du nouveau-né, y compris les soins maternels kangourou et la fourniture d'une communication interpersonnelle de qualité (CIP), et ont été mis à jour sur le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel. Les participants devaient s'exercer en utilisant leurs connaissances nouvellement acquises, lors de séances de pratique interactives.

Burkina Faso EENC
Le contact peau à peau au cours des 90 premières minutes de la vie favorise l'initiation précoce de l'allaitement et le lien mère-enfant.

Une comparaison des scores pré-test et post-test a montré que les sessions de formation étaient efficaces : le pourcentage de participants avec un score égal ou supérieur à 75 % est passé de 3 % à 49 %.

Les formations ont également mis l'accent sur le processus d'amélioration de la qualité « Planifier-Faire-Étudier-Agir » et un modèle de collaboration pour l'amélioration de la qualité.

​« L'approche collaborative que nous avons introduite est un processus d'apprentissage collectif qui permet le renforcement des capacités des prestataires de services au sein d'un grand nombre d'établissements en même temps et conçu pour passer à l'échelle », a expliqué Zafimanjaka. « Nous avons réuni le personnel de plusieurs établissements de santé qui rencontraient des problèmes, pour élaborer et mettre en œuvre des plans d'amélioration de la qualité similaires et ils ont attaqué les problèmes - ils ont discuté des problèmes ensemble et échangé des expériences au cours des sessions d'apprentissage. »

L'intervention d'amélioration de la qualité s'est concentrée sur les pratiques SENN en utilisant des données pour renforcer les pratiques au sein du système de santé grâce à un coaching interne des établissements de santé et un coaching externe des superviseurs aux niveaux supérieurs du système (district de santé, région et centre). A&T joue un rôle de facilitateur, a expliqué Zafimanjaka. Dans le cadre d'une intervention pilote, le système de santé local collecte et utilise des données nationales supplémentaires sur le système national d'information sanitaire (SNIS) provenant des entretiens de coaching et de sortie.

"Il est plus facile pour les gens d'accepter l'idée de changement lorsqu'ils voient que le même problème est résolu dans d'autres contextes similaires et que l'intervention est intégrée à leurs tâches de routine en utilisant les mêmes plateformes", a-t-il déclaré.

Après avoir examiné les données sur les SENN et discuté des difficultés rencontrées, les équipes ont proposé des améliorations pour favoriser l'adoption de pratiques ENNC qui ont fonctionné, puis les ont partagées davantage.

Par exemple, au départ, les prestataires de services et les experts techniques d'A&T ont observé que la pratique du contact peau à peau et l'initiation précoce de l'allaitement n'étaient pas systématiques, a déclaré Leonard Bassole, conseiller technique A&T HMIS, qui, avec le Dr Robert Karama, le coordinateur technique A&T supervise le processus d'amélioration de la qualité.

Burkina Faso EENC
En utilisant une approche d'apprentissage collectif pour l'amélioration de la qualité, Alive & Thrive a contribué à développer un sentiment d'engagement et d'action partagés dans les établissements de santé.

« En particulier, le problème était que le contact peau à peau serait initié mais pas maintenu pendant les 90 minutes recommandées », a déclaré Bassolet. «Nous avons remarqué que dès la naissance d'un bébé, les prestataires de services mettaient le bébé sur la poitrine de la mère mais pas pendant la durée recommandée. Après 1 à 3 minutes, le cordon ombilical a été coupé et le bébé a été retiré de la mère. »

« Les fournisseurs de services ont reconnu la lacune dans l'application de cette directive », a déclaré le Dr Karama. « Nous en avons discuté en théorie et avons également utilisé la vidéo de formation pour illustrer la pratique. Ensuite, ils ont mis cela en pratique ce que nous avons observé. Puis, nous avons discuté de la manière d'organiser le travail pour que dès que la mère accouche, la norme et le protocole soient appliqués.

Une simple modification a été de mettre une horloge dans la salle d'accouchement, a-t-il dit, mais ils en ont également identifié d'autres. Une grande partie du changement impliquait une sensibilisation et une compréhension accrues de la directive, a-t-il déclaré.

Par la suite, chaque centre de santé a élaboré un plan d'action pour s'assurer que chaque étape du processus de soins essentiels précoces au nouveau-né est mise en œuvre. Le personnel a fixé les objectifs du plan avec la contribution de chaque membre de l'équipe. Dans le cadre de l'approche d'apprentissage collaboratif, qui est en cours, le personnel de plusieurs centres de santé se réunit mensuellement pour comparer la façon dont ils ont abordé les problèmes d'intérêt commun.

« Nous sommes sur le point d'évaluer les progrès accomplis sur ces objectifs », a déclaré le Dr Karama, faisant référence aux prochaines visites sur le terrain. « Ces visites nous permettront de nous réunir pour partager nos expériences et discuter : « Qu'avons-nous fait pour améliorer cela ? » et « Que pouvons-nous faire d'autre maintenant pour améliorer ? » »

Alors que cette expérience est toujours en cours, quatre régions (Boucle du Mouhoun, Cascades, Hauts Bassins et Sud-Ouest) ont choisi d'aller de l'avant pour mettre en œuvre les SENN en mettant l'accent sur la nutrition du nouveau-né au sein de leurs districts sanitaires pilotes (Solenzo, Sindou, Houndé et Batié). A&T a aidé ces quatre régions à organiser une version allégée de la formation SENN (qui incluait toujours la même formation technique et utilisait des systèmes de données nationaux facilement disponibles plutôt que des rapports de données SENN locaux) : 269 (136 hommes et 192 femmes) participants de 87 CSPS et quatre hôpitaux de district y ont participé. L'expérience de ces régions contribuera à la compréhension globale de la manière d'améliorer la qualité des SENN au Burkina Faso.

Join the conversation

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
 
Newsletter