News

Les études au Bangladesh et en Inde offrent de nouvelles informations sur la manière dont le COVID-19 a affecté la prestation des services et la sécurité alimentaire

Aug 04 2021

Il avait fallu environ un an aux experts techniques d'Alive & Thrive, travaillant en étroite collaboration avec des partenaires au Bangladesh, dont le gouvernement et des ONG, pour élaborer et soutenir la mise en œuvre d'un ensemble standardisé d'interventions visant à améliorer les résultats de nutrition de la mère, du nourrisson et du jeune enfant (NMNJE) dans la ville de Dhaka. Mais le COVID-19 a effectivement interrompu ce travail en seulement quelques jours.

Bangladesh photo
La prestation des services de santé a été considérablement affectée par la pandémie du COVID-19 au Bangladesh et en Inde, selon une nouvelle étude d'Alive & Thrive. A Dhaka, un agent de santé rend visite à une mère à son domicile pour lui prodiguer des conseils.

"Je me souviens, nous étions en formation à ce moment-là", relate le Dr Mohsin Ali, spécialiste de la santé urbaine à Alive & Thrive, se rappelant la date de mars 2020 à laquelle le gouvernement a imposé des restrictions de mouvement et des mesures de distanciation sociale pour éviter toute nouvelle propagation du coronavirus. "Nous étions censés faire la formation initiale, puis passer à la prestation de services. Mais à mi-parcours de cette formation, les mesures de confinement ont été imposées."

Lire la brève

Lire les études : Bangladesh Inde

Le programme visait à intégrer les services de NMNJE et le counseling en la matière dans les établissements sanitaires et les services fournis par deux ONG partenaires, Marie Stopes Bangladesh et Radda. 

Cependant, le moment où les mesures strictes ont été imposées s'est avéré fortuit pour la recherche sur la mise en œuvre que l'IFPRI, un partenaire d'Alive & Thrive, avait lancée : Les chercheurs avaient terminé la collecte des données de base juste avant que le COVID-19 n'oblige à des changements significatifs dans les interventions. Par conséquent, les données recueillies après que le gouvernement ait imposé les mesures ont pu être utilisées pour analyser les changements survenus dans la prestation des services et la sécurité alimentaire en raison de ces mêmes mesures.

Bien qu'il était évident que la distanciation sociale, les restrictions de mouvement et d'autres mesures affecteraient le système de santé de manière significative, le fait de pouvoir obtenir des données concernant ces effets a fourni des informations uniques qui aideront les parties prenantes du système de santé à mieux comprendre les impacts de la pandémie au Bangladesh. 

Le Bangladesh n'est pas un cas unique - des recherches similaires menées en Inde avaient également consisté à recueillir des données de référence avant que l'Organisation mondiale de la santé ne déclare la pandémie en mars 2020. Les chercheurs ont donc pu comparer les changements survenus dans les deux pays. Cette comparaison fait l'objet d'une note d'information disponible dès maintenant.

BG IN study coverLa prestation de services pour les femmes enceintes et les mères était toutefois le problème immédiat pour les ONG partenaires d'Alive & Thrive au Bangladesh, qui fournissaient des services dans les établissements sanitaires urbains et par le biais de programmes de sensibilisation communautaire lorsque le gouvernement a annoncé des mesures de distanciation sociale, a déclaré le Dr Mohsin.

Tout le monde a été renvoyé chez lui et les impacts sur les services, qui avaient été mis en place depuis plus d'un an, ont été immédiats. Les services des ONG ont été perturbés, ainsi que l'effort soutenu par A&T pour intégrer la nutrition de la mère et du nourrisson dans ces services. Les visites à domicile ont été suspendues et les conseillers en NMNJE ainsi que les agents de santé communautaire ont subi des pressions familiales pour démissionner par crainte d'être infectés, ce qui a entraîné une rotation fréquente du personnel. Les visites dans les centres de santé ont chuté de façon spectaculaire pour la même raison. 

"Nous avons tout arrêté, mais pendant deux semaines seulement - pendant le choc initial", se souvient le Dr Mohsin. "Beaucoup de membres du personnel des ONG partenaires sont tombés malades, beaucoup ont quitté leurs postes. C'était un choc. Bien sûr, ils ne voulaient pas travailler dans cette situation de pandémie. Plus tard, nous avons dû les récupérer et les recycler. 

"C'était une situation difficile. La moitié des membres du personnel ont quitté leurs postes en l'espace de plusieurs mois."

Mais bien que la pandémie aurait pu complètement anéantir le programme, grâce à la flexibilité, à l'ingéniosité et à la technologie, elle a débouché sur quelque chose de nouveau et de différent - un exemple de résilience. Le chaos lié au départ du personnel, l'incertitude quant à leur sécurité personnelle et les contraintes liées à leur capacité à se déplacer et à se rencontrer face à face n'ont pas empêché l'équipe de poursuivre le programme.

"Nous avons dû revoir toute la conception", a expliqué le Dr Mohsin. "La formation en face à face s’est changée en formation à distance. Initialement, nous avions des modes de prestation de services en établissement et à base communautaire. Mais nous avons dû modifier cela pour la sécurité des clients et du personnel de santé. 

"Nous avons réorienté l'ensemble du système. Ce n'était pas seulement nos interventions - c'était aussi le mécanisme de prestation de services pour nos partenaires."

Les modifications se sont étendues à la base de référence de l'évaluation qui avait été initiée avant la pandémie. Les chercheurs ont interrogé les sujets avec de nouvelles questions après la mise en œuvre des mesures visant à atténuer la propagation du coronavirus, obtenant ainsi des données précieuses sur l'impact de ces mesures sur l'accès aux services et la sécurité alimentaire des ménages.

Au début des confinements, la situation est devenue catastrophique, dit le Dr Mohsin. Mais l'équipe s'est rapidement tournée vers la résolution des problèmes et, grâce à la détermination et à la technologie, a mis au point de nouvelles options de prestation de services. 

"Communiquer par téléphone avec les membres des ménages et les travailleurs était possible, mais nous avons dû développer cette approche pour la prestation de services", a-t-il déclaré. "C'était une approche totalement nouvelle - avec nos ONG partenaires, nous avons dû développer le contenu, les modes opératoires, tout. Les ONG partenaires ont introduit un système de suivi - et nous avons dû trouver comment le faire par téléphone, également."

Les ONG partenaires avaient les noms et les numéros de téléphone des clients. Chaque travailleur garde désormais le contact avec environ 25 clients par jour en moyenne par téléphone, ce qui, même si ce n'est pas aussi efficace que le counseling face à face, a un aspect positif, a-t-il dit.

"Les appels ne sont pas du counseling - il s'agit simplement d'un contact", a-t-il déclaré. "Mais ils sont efficaces. Parfois, les clients se sentent honorés que quelqu'un s'intéresse réellement à leur bien-être. Ils obtiennent certaines informations nécessaires et peuvent poser des questions. Le travailleur peut leur donner quelques conseils et les inviter à venir à l'établissement".

"La pandémie a révélé de nouvelles façons de travailler avec les clients. Nous avons dû arrêter certaines choses, mais nous avons trouvé d’autres moyens de travail.

D'autres moyens alternatifs ont été utilisés, tels que des réunions d'évaluation hebdomadaires ou bihebdomadaires à distance avec les directeurs/superviseurs, l'orientation régulière des prestataires de services dans le cadre de la formation continue, et une formation à distance de remise à niveau pour les directeurs et les prestataires de services. En outre, la promotion des services s'est faite par le biais de réunions avec les femmes enceintes et les travailleurs communautaires dans les cliniques prénatales satellites, où les travailleurs invitaient les femmes à se rendre dans les établissements pour bénéficier de services de counseling et contactaient les référents (pharmaciens, petites cliniques et centres de dépistage) pour leur demander de référer les clients.

L'équipe a obtenu un équipement de communication approprié et a développé des protocoles pour son utilisation. 

"Nous avons dû développer un mécanisme de rechange pour la supervision de soutien et nous avons dû reconcevoir tout cela à distance."

L'incertitude de l'évolution de la pandémie a empêché l'équipe d'avoir le sentiment d'être sur une base solide - une réalité qui persiste encore aujourd'hui et qui pourrait perdurer pendant de nombreux jours, semaines et mois à venir.

"La pandémie arrive par vagues", a-t-il expliqué. "Après le choc initial, nous avons récupéré. Les déplacements avaient été fortement réduits à cause du coronavirus - les clients avaient cessé de venir. Mais ensuite, ils ont repris et ont même augmenté. 

"Puis la deuxième vague est arrivée et la fréquentation a diminué. Et lorsque nous nous préparions à revenir à la modalité originale, une autre vague est arrivée. Et quand nous étions sur le point de reprendre tous nos services, une troisième vague est arrivée."

Etant donné qu'en juillet 2021, le programme de vaccination au Bangladesh n'avait atteint que 3 % des quelque 160 millions d'habitants du pays, il est peu probable que l'impact de la pandémie s'atténue à court terme.

"Nous pensions nous rétablir, mais je pense que nous sommes dans une situation difficile", a déclaré Mohsin. "En mai et juin, nous avons beaucoup récupéré, mais en juillet, ça a été la galère. Cependant, les ONG sont plus résilientes dans la prestation des services que n'importe quand avec notre soutien."

Join the conversation

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
 
Newsletter