Une étude montre des variations dans les conseils donnés en matière d’allaitement durant le COVID-19 au fur et à mesure de l’évolution de la pandémie.

Lors de l’apparition de maladies contagieuses, la crainte que les mères infectées transmettent la maladie à leurs nouveau-nés devient souvent une préoccupation. Au départ, les experts de la santé publique ont conseillé de séparer les mères infectées du COVID-19 de leurs bébés.

breastfeeding guidance changed as pandemic unfolded

Les recherches menées jusqu’à présent montrent que les mères atteintes du COVID-19 ne le transmettent pas à leur enfant par le lait maternel. Un examen des documents d’orientation à travers le monde effectué par Alive & Thrive a montré que les premières orientations données se sont largement répandues.

A&T a examiné 33 documents d’orientation publiés dans le monde entier entre le 1er mars et le 30 avril 2020. L’analyse a révélé une grande diversité de recommandations relatives aux soins maternels et néonatals post-partum et a été présentée lors de la conférence “COVID-19 – Ensuring Safe Breastfeeding and Newborn Care: Lessons from Countries,” un webinaire mondial organisé début juillet par le Nurturing Care Coordinating Group : UNICEF, OMS, le groupe de la Banque mondiale, le Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant, et le Réseau d’action pour le développement de la petite enfance.

Cette recherche non publiée a montré que :

  • Moins d’un document d’orientation sur trois recommande le contact peau à peau pour les bébés de mères suspectées ou confirmées atteintes du COVID-19
  • De nombreux documents d’orientation recommandent d’isoler de leur nouveau-né les mères dont l’infection au COVID-19 est confirmée ou suspectée
  • La plupart des documents d’orientation recommandent la fourniture de lait maternel exprimé lorsque la tétée directe du lait de la mère n’est pas possible, tandis que peu de ces documents mentionnent le lait humain provenant de donneuses
  • Peu de documents d’orientation ont abordé le besoin de soutien psychologique pour les mères et les nourrissons séparés

Les variations constatées dans l’examen des documents d’orientation découlent des divergences dans les orientations publiées par les diverses autorités au fur et à mesure du déroulement de la pandémie.

En février, le Consensus chinois, le Centers for Disease Control américain et le Collège américain des obstétriciens et gynécologues ont recommandé chacun de son côté la séparation des mères et des nourrissons et l’interdiction ou l’empêchement de l’allaitement. En mars, cependant, le Collège royal des sages-femmes et l’Organisation mondiale de la Santé ont recommandé séparément que les mères et les nourrissons soient maintenus ensemble et que l’allaitement maternel soit explicitement soutenu.

Les directives préconisant la séparation des mères et des nourrissons font écho à la réponse apportée à l’épidémie du VIH/sida dans les années 1980, une coïncidence qui n’est pas passée inaperçue.